épreuve de renommée mondiale ">
cliquez pour télécharger des fonds d'écran pour votre PC Accueil La Réunion Carte
cyclonique
Randonnées Le Grand Raid La Réunion
vue du ciel
Photos
Vacances
Fonds
d'écran
cliquez pour tout connaître de la dernière éruption 
du Volcan du Piton de la Fournaise à la Réunion

ARTICLE du JIR du 31/07/2002


Cette année, je lève le pied


Grand Raid : Jean-Philippe Marie-Louise, recordman des victoires sur l’épreuve

Philippe Marie Louise : quadruple vainqueur de Grands Raids ! Jean-Philippe Marie-Louise pratique le cyclisme et la course à pied. Le Saint-Paulois culmine à quatre victoires sur la plus longue épreuve de montagne organisée localement, dont trois sous l’appellation “Grand Raid”. Aujourd’hui, il se déclare délesté de toute contrainte et avoue qu’il se présentera au départ de l’édition 2002, en octobre, pour le seul plaisir de courir en parfaite communion avec la nature.
 

Jean-Philippe Marie-Louise sera t il “quelqu’un” un jour dans l’histoire du sport réunionnais ? Il n’y pense même pas. En tout cas, dans celle de la course de haute montagne, il n’est plus un anonyme. Banal engagé à ses débuts, il est aujourd’hui inoubliable. C’est une référence. Pendant quelques années, on allait le voir passer ou le suivre sur les sentiers. Sur chaque course, il partait en flèche, traçait en boulet de canon, inquiétait les meilleurs et coupait souvent la ligne d’arrivée en premier.
C’est en 1990 que s’allume en lui la flamme qui consume ceux qui n’ont pas brillé et, soudain, s’éveillent à la vie, forts d’une confiance quasi absurde. “Lorsque j’ai commencé la course à pied, l’épreuve s’appelait la Grande Traversée. J’ai terminé à la 40e place au classement général et cela sans entraînement particulier. Un an plus tard, avec seulement quelques footings légers, je parvenais à boucler à la 7e place. Sans une erreur de parcours j’aurais même pu faire mieux.”
C’est à ce moment là que naît en lui la sauvage exaltation de la victoire. “J’ai fait le pari de m’imposer sur l’édition suivante.” Il tient son pari. S’ouvre alors une période faste. En 1993, le contenant change mais le contenu est le même ou presque.
La “Course de la Pleine Lune” devient “Grand Raid”. Jean-Philippe Marie-Louise est second à l’arrivée. En 1994, 1995 et 1996, il domine la concurrence avec une voracité de piranhas devant le gigot. “En 1996, j’ai terminé en 15h45’. C’est le record et il tient toujours,” précise-t-il avec une pointe de fierté.
Cette réussite est aussi son meilleur souvenir : “L’année précédente, on avait laissé entendre que j’avais volé la victoire à Jacky Murat. Il était arrivé avant moi à la Grande Chaloupe, mais n’avait pas pointé à deux postes de contrôle. Il y eut disqualification de Murat, puis doute et confusion.” Vexé dans son orgueil et meurtri dans son honneur, il tenait à mettre tout le monde d’accord et le fit avec la manière.

LE VÉLO, SA PREMIÈRE PASSION

Alors que certains étudient pour découvrir, enrichir leur éducation et rehausser leur prestige, Jean-Philippe préfère diversifier ses activités sportives pour s’ouvrir d’autres horizons et de nouvelles réalités. En 1997, quand le fer rougi au feu des longues distances en haute montagne refroidit, il empoigne celui des marathons. Il s’y attelle avec une laborieuse ferveur après une première expérience sur la fameuse édition parisienne en 1994. “Je me suis classé 94e au général. Nous étions 18 000 au départ. J’ai réalisé 2h29’. Cela reste mon meilleur temps à ce jour.”
Son objectif est de participer aux Jeux des îles qui doivent avoir lieu un an plus tard à la Réunion. “En cette année 1997, je suis parvenu à décrocher le titre de vice-champion de France des vétérans. Cela se passait à Cherbourg.” Sur sa lancée, il se qualifie pour les Jeux de l’océan Indien. Résultat final : une 6e place en 2h35’.
Il confirme ainsi que chez lui, lorsqu’il s’en donne la peine, le dépassement n’est jamais frappé d’échec. Un dépassement forgé sur deux roues, avec tout ce qu’il faut d’élan, de férocité et d’âme. “J’ai débuté le sport par le vélo à l’âge de 25 ans. J’ai pratiqué pendant 10 ans. J’ai fait partie de la sélection de la Réunion de 1983 à 1985. En 1983, j’ai terminé à la deuxième place du classement régional du Tour de l’île. En 1984, j’ai été vice-champion de la Réunion”.
Le cyclisme tient toujours une place de choix dans sa vie. “Rares sont les jours où je ne sors pas pendant trois ou quatre heures. Parfois même, il m’arrive de faire Saint-Paul - Saint-Pierre en aller-retour, tout seul.”
Il n’est pas rare non plus que l’ambulancier du SAMU, âgé de 47 ans et boulimique de l’effort physique se rende à pied à son travail. “Le matin, j’emprunte la route du littoral et l’après-midi je passe par Dos d’Âne.”

“JE VAIS ADMIRER LE PAYSAGE”

Selon ses dires, c’est aussi de cette façon qu’il se prépare depuis un mois maintenant en vue du Grand Raid 2002. “Cela représente 50 % de moins par rapport au volume d’entraînement que je m’imposais les saisons précédentes. Cette année, je lève le pied. Je cours juste pour le plaisir. Je remercie ma famille pour son aide durant toutes ces années. Je lui dois beaucoup.”
Contraint à l’abandon en 1999 (migraine persistante), absent en l’an 2000 (parce qu’il montait sa maison tout seul) et retenu loin de la piste l’an passé pour cause de blessure, Jean-Philippe Marie-Louise pourrait-il s’arrêter sur une telle suite de déconvenues ? “Je ne sais pas quand je m’arrêterai. Mais cette année, il est sûr que je ne pars pas pour gagner. Je ne me sens pas prêt. Depuis le début je me dis que ce sera très dur. J’y vais pour admirer le paysage. Ce sera bien la première fois,” assure-t-il.
Il préfère se dépouiller de certaines contraintes qui ont volé beaucoup du temps qu’il aurait aimé consacrer à sa famille. “J’ai trois enfants. Mon fils de 20 ans est actuellement en métropole en formation dans la gendarmerie. C’était mon plus fidèle et premier supporter. Il était en pôle espoir athlétisme jusqu’en cadet. Il est toujours détenteur du record de la Réunion sur 1 000 m et 3 000 m dans la catégorie minime. Ma fille de 22 ans va bientôt entrer à l’école de police. Il me reste la petite dernière âgée de 10 ans. Je veux la voir grandir…”
Heureux sont-ils ceux qui savent découvrir le merveilleux de l’instant présent et s’offrir une germination d’univers nouveaux sous la sédimentation des gestes et des jours ordinaires.

Alain Junot

2002©Clicanoo.com - STOR Informatique / le Journal de l'île - Contact : info@clicanoo.com 

| Accueil | La Réunion  Vue du ciel | Météo | Cyclones | Volcan | Cirques de Mafate , Cilaos , Salazie | Randonnées Réunion: fiches, galerie photos , liste complète, randos avec Espiègle , gîtes | Canyoning | Parapente | Mégavalanche | Raid Réunion d'Aventures | Courses montagne | Grand Raid : Parcours , Historique , Palmarès complet et Récits |  Himal Race Népal |  Mandala Trail |  Marathon des Sables | Voyages à Maurice , au Sri Lanka | Les nouveautés |  Revue de Presse | Les stats du site | Fonds écran | Plan du site |

Ecrire à l'auteur du site : Michel Jourdan