cliquez pour télécharger des fonds d'écran pour votre PC
La Réunion Carte
cyclonique
Randonnées Le Grand Raid La Réunion
vue du ciel
Photos
Vacances
Fonds
d'écran
cliquez pour tout connaître de la dernière éruption du Volcan du Piton de la Fournaise à la Réunion

ARTICLE du JIR du 25/09/2002


Trois participations, deux abandons … et une victoire


Grand Raid : Thierry Techer, l’homme aux « stats » pas ordinaires

Patrick Maffre et Jacky Murat : anciens multiples vainqueurs de Grands Raids, Passe Montagne, CiMaSaRun, C’est Thierry Techer qui le dit : cette année encore, ils ne seront pas plus d’une trentaine d’athlètes -sur les 2400 attendus au départ du Grand Raid- à courir pour la victoire. Et s’il rêve bien de s’imposer au Stade de la Redoute, le Saint-Louisien ne se fait pas d’illusion pour autant : son expérience de la Diagonale lui a appris qu’un entraînement spécifique, des qualités physiques et un moral d’acier ne suffisent pas toujours pour finir l’épreuve.
 

Il y a deux ans, Thierry Techer avait annoncé la couleur : « Je vais gagner le Grand Raid ! », clamait-il, sûr de sa force, quelques jours avant le départ de l’épreuve. Impossible, cependant, de taxer le Saint-Louisien de forfanterie, puisqu’il s’était effectivement imposé au bout de 16h43’ de course, franchissant l’arrivée main dans la main avec le Breton Gilles Diehl, une attitude émouvante qui a marqué à jamais l’histoire de la Diagonale des Fous. Sur le podium de cette édition 2000, Thierry Techer et Gilles Diehl s’était promis de se revoir bientôt, et de prendre le temps d’échanger autre chose que ces paroles et ces gestes d’encouragement mutuels qui leur avaient permis de tenir le coup entre Cilaos et Saint-Denis. « La dernière fois que j’ai vu Gilles, c’était le lendemain de notre victoire, lorsqu’on nous avions été interviewés ensemble sur le plateau du journal télévisé d’Antenne Réunion », raconte Thierry Techer. « On pensait se revoir rapidement, à l’occasion d’une autre course, ici ou ailleurs, mais les aléas de la vie nous ont toujours éloignés. Mais j’ai parfois croisé des copains à lui, des Bretons aussi, qui me donnaient de ses nouvelles ». Le Saint-Louisien et le Breton, qui semblait du reste en pleine forme physique (il a fini troisième du Marathon des Sables, un raid par étapes à travers le Sahara), devaient se retrouver dans moins d’un mois sur la ligne de départ.

TÊTE À TÊTE AVEC GILLES DIEHL

Là encore, le destin en a décidé autrement. Confronté à la soudaineté de la maladie qui frappe son épouse, Gilles Diehl a du renoncer à faire le voyage pour la Réunion. Lorsqu’il a appris cette triste nouvelle, Thierry Techer n’a pu masquer son émotion. Les mots sont restés prisonniers de sa gorge, il a balbutié un « C’est pas possible », puis s’est replongé dans ses souvenirs, se demandant peut-être, lui aussi, comment une amitié parvient se tisser dans des conditions aussi particulières qu’une course de montagne, fut-elle le Grand Raid. « Le jour du départ, je me sentais bien, j’étais parti sur un rythme assez rapide, et je me suis retrouvé assez tôt en tête de la course. Et puis, peu avant Cilaos, Gilles m’a rattrapé. On a discuté un peu, pas beaucoup, c’était surtout des encouragements…
Quelques kilomètres plus tard, Gilles a eu des crampes d’estomac et je lui ai donné des médicaments que j’avais sur moi. On a continué ensemble jusqu’à Marla, puis il m’a lâché ». L’histoire aurait pu s’arrêter là, une simple cohabitation passagère sur quelques kilomètres de sentier, comme l’ont vécu tous les coureurs de la Diagonale. Sauf que Thierry Techer court toujours après son objectif, la victoire, et fini par rejoindre Gilles Diehl au Colorado, alors qu’approche le moment d’amorcer -enfin- la descente vers Saint-Denis. Les deux hommes s’encouragent à nouveau. « Je ne sais pas à quoi ça tient, mais on est devenu camarade. Peut-être parce que l’un a « râlé » l’autre quand un coup de fatigue se faisait ressentir, peut-être aussi parce que la souffrance rapproche ... Toujours est-il qu’il m’a dit : on finit la course ensemble ? J’ai accepté, et on a entamé la descente ». Malgré la lune qui éclaire timidement ses pas dans cette froide nuit d’octobre, Gilles Diehl pense à tort s’être égaré, rebrousse chemin et retrouve son compagnon de route qui courrait dans sa foulée, à quelques mètres de distance. « Je lui ai dit : Suis moi ! Je vais te montrer le chemin ».

PRÉPARATION ADÉQUATE

Les deux leaders de l’épreuve dévalent les derniers kilomètres vers la Redoute quand survient une autre péripétie, la dernière : Gilles Diehl a égaré sa lampe de poche. Qu’à cela tienne, Thierry Techer lui donne la sienne, et les deux héros du jour franchiront la ligne d’arrivée unis par cette poignée de main, symbole de cette belle solidarité née à un moment où le « chacun pour soi » aurait pu être une solution de facilité. « Ca reste évidemment un super souvenir, d’autant que ce fut la seule fois où je suis parvenu à aller au bout du Grand Raid ». En effet, sur trois participations, le Saint-Louisien a connu deux fois les affres de l’abandon.
« L’an passé, j’ai fait l’erreur de participer au Tour de l’île cycliste, et je suis arrivé sur le Grand Raid avec les jambes lourdes, sans avoir eu le temps de récupérer ». On se demande bien pourquoi l’athlète s’est embarqué sur un tel périple à vélo, à quelques jours d’une telle échéance, mais l’important n’est pas là. « Cette année, j’ai suivi un entraînement spécifique, presque uniquement sur les sentiers empruntés durant la course. J’ai monté une équipe avec dix copains, et on se retrouve le week-end dans les hauts », explique Thierry Techer. Des copains du Saint-Louis Athlétic Club ? « Non, le SLAC se meurt, j’ai démissionné de sa présidence parce que j’avais la sensation qu’on me mettait des bâtons dans les roues. Je travaillais pour la ville de Saint-Louis, mais j’avais le tort d’avoir été embauché par l’ancienne équipe municipale… Mon contrat n’a pas été reconduit. Aujourd’hui, je suis maçon, alors je peux vous dire que je suis en pleine forme ! », rigole Thierry Techer, qui conclut, en retrouvant son sérieux : « Je ne porterai plus jamais les couleurs de Saint-Louis, dans n’importe quelle compétition que ce soit ». Malgré tout, à 39 ans, Thierry Techer se sent plus que jamais d’attaque pour avaler les 125 km de cette Diagonale. « J’ai la forme, on verra ce que ça donne en condition de course. Mais quoi qu’il arrive, je tiens à remercier tous ceux qui m’ont aidé à me remettre sur pied, ils se reconnaîtront. J’ai eu beaucoup de pépins ces derniers temps, et sans leur soutien, je ne serai pas en train de me préparer à participer à mon quatrième Grand Raid ».

Thierry Lauret

LE PALMARÈS DE THIERRY TECHER

1994 : vainqueur du Camélias Raid
1995 : 2e du semi-marathon de Saint-Denis
1995 : 3e de la Boucle des Salazes
1997 : 2e de la CiMaSa Run
2000 : Vainqueur du Grand Raid avec Gilles Diehl
2000 : 2e de l’Arriègoise
2001 : 2e de la Trans-Volcano

ELLE, ELLE COURT, LA RUMEUR…

Plusieurs coureurs l’affirment : ils ont croisé Pascal Parny, vainqueur du Grand Raid l’an passé, qui s’entraînait sur les sentiers des hauts de l’île. Pourtant, à son arrivée à la Redoute, au soir d’un succès qui l’a rendu célèbre dans toute l’île, Pascal Parny avait juré qu’on l’y reprendrait plus, et qu’il préférait retourner à son anonymat. N’en déplaise au public, Pascal n’est pas inscrit au Grand Raid, et à moins qu’il existe un système de Wild card. et qu’il ait préparé en secret un « come-back » inattendu, on ne le verra pas au départ de la course le 18 octobre prochain.
2002©Clicanoo.com - STOR Informatique / le Journal de l'île - Contact : info@clicanoo.com 

| Accueil | La Réunion  Vue du ciel | Météo | Cyclones | Volcan | Cirques de Mafate , Cilaos , Salazie | Randonnées Réunion: fiches, galerie photos , liste complète, randos avec Espiègle , gîtes | Canyoning | Parapente | Mégavalanche | Raid Réunion d'Aventures | Courses montagne | Grand Raid : Parcours , Historique , Palmarès complet et Récits |  Himal Race Népal |  Mandala Trail |  Marathon des Sables | Voyages à Maurice , au Sri Lanka | Les nouveautés |  Revue de Presse | Les stats du site | Fonds écran | Plan du site |

Ecrire à l'auteur du site : Michel Jourdan