cliquez pour télécharger des fonds d'écran pour votre PC Accueil La Réunion Carte
cyclonique
Randonnées Le Grand Raid La Réunion
vue du ciel
Photos
Vacances
Fonds
d'écran
cliquez pour tout connaître de la dernière éruption 
du Volcan du Piton de la Fournaise à la Réunion

Article du Journal de l'île du 17/07/2002

La dixième édition du Grand Raid dans sa nouvelle version est programmée les 18, 19 et 20 octobre prochains. On a fait du neuf avec du vieux puisque le parcours reste inchangé avec un départ de Langevin et une arrivée à Saint-Denis, soit 125 km de course, 8 000 mètres de dénivelé positif et autant de négatif (!). Reste qu’une modification importante apparaît une fois Cilaos quitté. Le cyclone Dina ayant endommagé le sentier du col des Bœufs, on passera donc par le col de Fourche. Et pour combler le déficit kilométrique, on fera un crochet par Trois Roches dans Mafate.
La manifestation a atteint son maximum en capacité d’accueil, ce qui nous fait donc 2 200 dossards distribués dont 1 300 pour les coureurs locaux (pour la catégorie reine). On retiendra néanmoins que les concurrents du semi partiront de Cilaos pour rallier la Redoute. Enfin, Pascal Parny, le vainqueur de l’édition 2001 ne sera pas de la partie. Il l’avait promis au soir de son succès record (16h01’).
 

REPÈRES

• CLAIR DE LUNE

Cela faisait deux ans que le Grand Raid ne s’était couru par pleine lune. Cette année, tous les participants pourront bénéficier si la météo le permet d’un allié supplémentaire pour mieux être guidés sur les 125 km du parcours.

• L'INTENDANCE
21 postes à desservir dont cinq par héliportage.
250 personnes au total dont des médecins, des kinésithérapeutes, 70 à 80 élèves infirmières, des podologues, le SAMU, PGHM…
20 véhicules dont 14 fourgons, 3 camions frigo, une fourgonnette, deux tout-terrain. 20 rotations d’hélicoptère pour approvisionner et débarrasser les postes inaccessibles par la route. (Kerveguen, Marla, Crête, Roche-Ecrite, Gîte des Chicots, Piton Fougères)
22 000 litres d’eau ; 8 500 litres de boissons gazeuses, 2 tonnes de poulet, 10 000 soupes, 600 kg de pâtes, 650 kg de riz, 13 000 bananes, 750 kg d’oranges, 450 kg de fruits secs, 15 000 assiettes, 1 500 sacs poubelle,…


• UNIVERSEL
Deux-tiers de Réunionnais, un autre de métropolitains et d’étrangers représentant 18 nations (Allemagne, Angleterre, Australie, Autriche, Suisse…), le Grand Raid est depuis quelques années universel. Et véhicule dans le monde entier l’image de la Réunion.

Tout ce qu'il faut savoir sur la diagonale des fous à trois mois du départ

Grand Raid 2002 : deux changements conditionnés par Dina


 

L’association Grand Raid se prépare à fêter son dixième anniversaire depuis le dimanche 21 octobre 2001. A peine la neuvième édition bouclée, le noyau dur des organisateurs est déjà sur la brèche. La grosse machine exclusivement constituée de bénévoles (qui payent 50 F leur droit d’entrée) ne connaît pas le sommeil, tout juste se reposera-t-elle un peu pour mieux repartir.

DES «MARRONS» MÉCONTENTS

Dans trois mois jour pour jour, ils seront 2750 toutes catégories (Grand Raid, Semi Raid et Mini Raid) à s’élancer de la pointe sud de l’île. On le sait depuis avril dernier, le système des inscriptions qui a été modifié cette année n’a pas fait que des heureux. Exit le mailing pour ne pas favoriser les anciens participants «tout le monde est sur le même pied d’égalité», Robert Chicaud, le président de l’association pensait bien dire. Or, entre le courrier postal, l’électronique et l’inscription physique au siège dionysien, on a assisté à une grande pagaille. Nombreux sont ceux qui n’ont pas compris quand ils ont reçu la douloureuse nouvelle, quand on leur a dit qu’ils ne pourraient participer à cet anniversaire. Depuis, entre insultes, menaces verbales et physiques, le Grand Raid est dans la tourmente. Pour calmer le jeu, l’organisation a souhaité recevoir les suggestions de tous pour que l’on retrouve la sérénité en 2003 puisqu’il est «impossible de recommencer les inscriptions si proche de la course», nous expliquait récemment Robert Chicaud. On sait depuis une dizaine de jours (voir notre édition du 5 juillet) qu’une quinzaine de «mécontents» ont prévu d’organiser un Raid sauvage en marge de l’officiel en prenant le départ une heure plus tôt et en empruntant les mêmes sentiers…

UN DÉPART DE CIALOS POUR LE Semi-Raid

Pour en revenir à la course, il existe deux changements notables dans le parcours de l’épreuve principale. «Suite au passage du cyclone Dina en début d’année, le sentier du col des Bœufs vers Grand Sable (bascule de Mafate à Salazie) est impraticable», explique Philippe Charbonnel, le responsable de la communication. Les coureurs emprunteront donc le col de Fourche puis Piton Marmite, Bord Martin, et enfin la route entre le Bélier et Grand Ilet. Ce qui a pour conséquence de diminuer les distances et le dénivelé originaux. «C’est pourquoi on fera un crochet par Trois Roches entre Marla et La Nouvelle», ajoute Philippe Charbonnel. Inédite, cette partie devra donc être reconnue d’ici 90 jours par les 1 300 Réunionnais inscrits.
D’autre part, le Semi Raid (60 km) ne partira plus de Saint-Joseph mais de Cilaos où jusqu’à l’an dernier se jugeait l’arrivée. Départ du cirque donc pour une arrivée à la Redoute en compagnie des autres raiders, quoi que l’arrivée des premiers «semi-raiders» est prévue le vendredi après-midi. «Nous avons décidé ce changement pour mettre en valeur l’épreuve et les concurrents du semi et pour donner davantage d’animation à la Redoute», commente Philippe Charbonnel. Autre avantage qui a son importance, cela permettra de décongestionner plus de la moitié du parcours et notamment la montée vers le Volcan et le passage des ravines. Précision utile : des temps limites seront imposés aux concurrents du semi pour ne pas que les derniers gênent les premiers du Grand Raid.
A l’occasion de ce dixième anniversaire, le site de La Redoute sera animé comme jamais. Tous les concurrents qui auront rallié le chef-lieu d’ici le dimanche 20 octobre participeront alors à un immense «carry party» suivit d’un «bal la poussière» que l’on promet mémorable.


GROS PLAN : La Diagonale des «Sous», un budget à la hauteur de l’événement

On parle souvent des fous qui s’élancent à l’assaut des 125 km de sentiers du Grand Raid. Mais la douzaine de personnes qui constituent le comité directeur de l’épreuve ne l’est-il pas lui aussi un peu (beaucoup) pour se lancer dans une telle aventure ?

Le Grand Raid dispose d’un budget de 411 600 euros (soit 2,70 MF) réparti comme suit : 205 800 € (1,35 MF) provenant des inscriptions (90 et 120 euros par personne respectivement pour les Réunionnais et les «extérieurs»); 76 000 € (500 kF) des collectivités locales ; 130 000 € (850 kF) des partenaires privés qui sont environ une quarantaine.
Quand on pouvait partir la fleur au fusil voici dix ans puisque «seulement» 500 coureurs étaient au départ, il faut aujourd’hui tenir un cahier de comptes des plus précis pour subvenir aux dépenses. Avec cinq fois plus de participants, ce sont aujourd’hui cinquante tonnes de vivres qu’il faut acheminer sur la vingtaine de postes du parcours en fourgons, 4x4, hélicoptère… Des denrées que l’on paie contrairement à d’autres marchandises où l’échange est souvent le nerf principal. Ainsi, la réalisation des dossiers de presse, la location d’un hélicoptère… peuvent également être inscrits dans la case «recettes» même s’il est difficile de les quantifier.
Association à but non lucratif, le Grand Raid ne peut faire de bénéfices. Mais se doit d’équilibrer son budget. Ainsi, depuis quelques années, elle tient son stand au village de la Redoute durant trois jours. La vente des produits estampillés «Grand Raid» (tee-shirts, montres, casquettes,…) rapporte environ 30 000 € (200 kF).
Cet effort considérable a cependant une forte incidence sur l’économie locale. Le Grand Raid apporte environ 1,5 millions d’euros (10 MF) aux commerces réunionnais. Ainsi, les quelques 600 engagés hors département passent en moyenne deux semaines dans l’île. Selon une enquête réalisée en octobre 2000 par Synergie ATM pour l’association, ces concurrents ont dépensé en moyenne 1.150 € (7 500 F) durant leur séjour (avion, hébergement, logement, loisirs). 65 % des sondés ont résidé dans des établissements payants (hôtels, gîtes…) et 72 % ont loué une voiture.
Enfin, et pour la petite histoire. Les vainqueurs dames et messieurs, empocheront un chèque de 685 euros (4 500 F), un billet d’avion, une coupe et l’inscription à la finale nationale des Raids. Rien n’a changé depuis le début. A ce niveau, le Grand Raid ne connaît pas d’inflation.


2002©Clicanoo.com - Clicanoo.com / le Journal de l'île - Contact : info@clicanoo.com
 

| Accueil | La Réunion  Vue du ciel | Météo | Cyclones | Volcan | Cirques de Mafate , Cilaos , Salazie | Randonnées | Courses de montagne , sur route | Grand Raid : Palmarès , Parcours détaillé , Historique , Classements 2002 , 2001 , 2000 , 1999 , 1998 , 1997 , 1996 | Récits de Grand Raid | Revue de Presse GR | Le Marathon des Sables | Raid Réunion d'Aventures | Parapente Canyoning | Voyages à Maurice , au Sri Lanka | Les nouveautés | Fonds écran | Plan du site | Livre d'or |

  Ecrire à l'auteur du site : Michel Jourdan